Extraits du témoignage de René Leman (H.49)

 


Quels souvenirs souhaitez-vous partager avec nous ?

En 1946, HEC était à Paris, boulevard Malesherbes, et seuls les garçons y étaient admis. Le Directeur de l’Ecole s’appelait Monsieur Perrin et le sous-directeur, Monsieur Dutto.

J’habitais rue de Tocqueville à 300 mètres de l’Ecole. Ma chambre n’était pas chauffée. Mais la bibliothèque d’HEC l’était et je m’y rendais !

J’ai fait deux ans de prépa (au lieu d’une année) à Sainte Geneviève (Ginette). La première année, j’étais 60e à l’issue de l’écrit. Avec des camarades, nous sommes allés au cinéma à Paris voir « Les enfants du paradis ». C’était bien mais un peu long et nous avons donc raté le train du retour. En rentrant, nous avons fait le mur, mais les rideaux de nos chambres n’étant pas tirés, le surveillant avait remarqué notre absence et le lendemain, nous avons été priés par le Recteur de quitter l’école dans les deux jours. Du coup je me suis installé chez un cousin à Paris mais j’étais tracassé et déstabilisé… et j’ai donc loupé les oraux.

Je me souviens de Monsieur Bessac, notre professeur d’anglais. Quand on entendait un bruit insolite à côté de la classe, il disait « ghost… ».

Les trois matières principales lorsque j’étais étudiant à HEC étaient le droit, la comptabilité et les langues. Les cours avaient lieu en amphi. Pour la comptabilité et les langues, nous étions répartis dans les comptoirs par groupes de 15. Il y avait des conférenciers qui venaient, comme André Maurois. Un jour, une conférence a été donnée par le président de la bourse du commerce. Il a commencé son propos par ces mots « de tous temps, les hommes ont eu des bourses ». Les étudiants, déchaînés, ont alors réagi en tapant sur leur bureau avec leur cahier. Le directeur de l’Ecole, qui était dans la salle, a d’abord pris un air réprobateur, puis cela l’a peu à peu amusé et il a fini par rire. En dehors de cette anecdote, je n’ai pas le souvenir qu’il y avait du chahut pendant les cours.

ticket onu miniEn 1948, l’ONU, créée depuis 3 années, s’est réunie à Paris pour débattre des Droits de l’Homme. La commission était présidée par Eleanor Roosevelt (et René Cassin, devenu plus tard prix Nobel de la Paix, y eut une influence prépondérante). Cela se passait au Palais de Chaillot. Je m’y suis rendu le 2 décembre 1948 (soit 8 jours avant la signature de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme) : il y avait des policiers à l’entrée, dont le mari de la concierge de l’immeuble dans lequel j’habitais. Ce dernier m’a laissé passer grâce à ma carte HEC ! 

Les camarades desquels j’étais le plus proche à HEC étaient René Exartier, Gilbert Sourdille, Henri Dauplais, Hilaire et Jean Laverré, Maxime de Rouy, Raymond Lefebvre et Georges Laval. Raymond Lefebvre était extraordinaire. Mais il y avait un problème : il passait juste avant moi lors des examens (en raison de l’ordre alphabétique) et il était TRES bon ! Pierre Guillem était également un de mes camarades de promotion. Quand on allait se promener au Parc Monceau, il montait parfois sur une chaise et faisait des discours divers (un jour il a par exemple parlé de la bombe atomique !). Le gardien du Parc nous chassait.

Regarder le trombinoscope de la promotion 49

Les cours de gymnastique d’HEC avaient lieu à Roland Garros (mais à l’époque, c’était petit !). Nous faisions le cross sur le champ de course d’Auterive.

Le nom de notre promotion, « Le grand boom », vient du fait que c’était la première fois qu’on pouvait faire une fête à l’école.

Modeste donateur, j’ai décidé de soutenir la Fondation HEC car je pense que l’entrée à HEC favorise surtout les élèves disposant d’un capital familial et social élevé. La Fondation HEC permet, par l’attribution de bourses, de donner leurs chances à des élèves moins favorisés.

Personnellement je ne savais pas vraiment quelles études faire. C’est mon père qui souhaitait que je fasse HEC et il avait raison ! HEC est devenue l’une des meilleures écoles de commerce mondiales. Elle permet d’acquérir une culture générale et une ouverture d’esprit exceptionnelles.

 


Si, vous aussi, vous souhaitez partager vos souvenirs, contactez :

Marianne Duval – Responsable des legs et autres libéralités : 01 39 67 98 87 – duval@hec.fr